« CALIENTE »… LE PIMENT

Le piment est un poivron qui pique, et parfois qui pique sévère… Et c’est bien pour ce signe distinctif qu’on le cultive !

La plante est vivace, c’est-à-dire qu’elle vit plusieurs années… sous ses latitudes d’origine : l’Amérique Centrale et du sud. Du coup, chez nous, elle est cultivée de mai aux premières gelées automnales, car elle ne supporte pas les hivers rigoureux aux températures proche du zéro. La plante, qui a été ramené par Christophe Colomb, présentait une saveur brulante. Et depuis, il a été question de baisser la présence de capsaïcine dans les fruits, substance qui apporte le piquant, pour arriver à obtenir une saveur douce : le poivron ! N’empêche, les piments sont toujours présents, et il en existe de nombreuses variétés plus ou moins fortes, au grand bonheur des adeptes de cuisines relevées.

Le piment a sa propre échelle de mesure : l’échelle de Scoville qui a donc pour but de renseigner sur le piquant, cette sensation de pseudo-chaleur. Côté cuisine, on note la force du piquant de 0 à 10. Avec 0 on et proche du poivron, le Piment d’Espelette est à 4, le Piment de Cayenne est à 8 et le Piment Antillais à 10 ! Mais évidemment, selon sa propre fréquence de consommation, une personne peu habituée à consommer du piment, va trouver le Piment d’Espelette déjà très fort.

Cultivés en pleine terre, en pot ou en carré potager, les piments demandent une exposition ensoleillée et de la chaleur. Le sol ne doit pas être trop compact, ollas et paillage combinés, apporteront l’eau nécessaire. Caliente, caliente…

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.