#guideconsojardin #instinctgregaire #jardinspartages #distributionjardin #jardinerie #jardinier #paysage #rayonbrico #rayonjardin

Après le Covid, voici la guerre, puis la baisse du pouvoir d’achat… A quand la prochaine catastrophe ? Mais pendant ce temps, la vie continue et nous avons tous besoin de nous retrouver, de partager, d’oublier le quotidien… Quoi de mieux que le jardin pour vivre mieux… Dans un monde parallèle… Ou presque !

Corona suite et fin ?

Pas facile de gérer cette période, d’un côté, lorsqu’on rencontre du monde, il faut garder nos distances, et de l’autre, nous sommes faits pour vivre en meute, ensemble… La contradiction totale entre ces deux mondes n’arrange pas vraiment les relations humaines.

Avec cette pandémie, les personnes que l’on croise au quotidien deviennent de dangereux personnages capables de nous nuire en nous passant un virus qui mettrait à mal notre recherche d’immortalité.

Si à cette recette, on y ajoute l’impact des réseaux sociaux sur nos réflexions, il semble que le discernement, la nuance ou le bon sens disparaissent de nos écrans.

Binaire… Voilà en résumé les positions dans chaque débat de notre société.

Vaccin, Russie, élections, foot, climat, Europe….

Il y a les pours, qui considèrent les contres comme des parias, et il y a les mêmes de l’autre côté qui pense… le contraire puisqu’ils ont eux aussi raison.

Chacun s’exprimant à coup d’insultes ou de petites phrases bien pesées pour condamner l’avis opposé.

Nous sommes devenus basiques. Malheur à celui dont l’avis est partagé, il devient suspect, voir hypocrite puisqu’il n’arrive pas à choisir le « bon » camp !

Avec un tel état d’esprit, imaginez les relations vendeurs/clients… On va encore rigoler 🫣!

Blablabla

Si tout reste en l’état, nous risquons de vivre des moments douloureux sans écoute ni attention. Sans empathie ni solidarité. Cela peut vous sembler exagéré, pourtant, les tensions sont palpables et les mots utilisés pour défendre ses idées deviennent violents et parfois, totalement inappropriés.

Souhaiter la mort d’un individu parce qu’il n’a pas la même couleur de peau ou qu’il n’a pas la même tenue vestimentaire… C’est un peu déconnecté des réalités.

Heureusement, des initiatives sont là pour reprendre les dialogues et apaiser les tensions.

Même la distribution joue un rôle social dans cet environnement hostile. Les « blabla caisse » fleurissent ici ou là et permettent d’échanger, de partager. L’initiative est gratuite, elle apporte uniquement de la communication et de la fidélité à l’enseigne qui en prend l’initiative.

A écouter les témoignages laissés ici où là par les hôtesses et hôtes de caisse d’un côté, et par les clients de l’autre, cette initiative citoyenne apporte de l’apaisement à tous.

Le concept arrive des Pays Bas à point nommé pour apaiser un peu les tensions pourtant si présentent dans nos vies. Et si ce dialogue s’étendait au-delà des caisses ?

Dialogue à tous les étages

Toute cette agitation traduit un profond mal-être, mais au-delà du client, c’est tout une société qui cherche à s’exprimer. On a pu voir l’évolutions des émissions de télé et de radio qui donnent maintenant systématiquement la parole à leurs auditeurs et téléspectateurs. Les politiques eux-mêmes, pourtant bien avares de commentaires, vont aujourd’hui à la rencontre du peuple pour partager et échanger.

La première étape est arrivée avec l’avènement des réseaux sociaux. Chacun pouvait s’exprimer pour dire tout, son contraire et quelque fois un peu n’importe quoi…

La deuxième étape, maintenant qu’on peut s’exprimer, c’est d’être écouté. Et celui qui permettra cette écoute sera considéré et reconnu comme celui qui débloque les situations.

Nous savons tous qu’il n’y a pas de solution parfaite, mais lorsqu’on peut exprimer clairement son mécontentement, ça va mieux.

Expérience malheureuse partagée est à moitié pardonnée !

Aujourd’hui, des points de vente bien inspirés utilisent WhatSapp pour créer un espace d’échange et pour répondre directement à leurs clients… Et ça paye !!! Bien-sûr !

Jardin au cœur

Ce besoin d’échange, de rencontre et de solidarité, c’est un peu la définition des jardins. Ils sont partagés, thérapeutiques, intergénérationnels, collectifs, pédagogiques… Chaque jardin, chaque plante, chaque technique peut s’échanger, se partager et se découvrir sans polémique ni adversité.

Oncle Robert est de gauche, tante Ginette de droite, ils arrivent quand même à se mettre d’accord sur la culture des pommes des terre.

Je vous dis, nous détenons la clé des relations. Si la distribution alimentaire doit se réinventer pour créer des dialogues à la caisse ou sur les réseaux, la distribution jardin a juste à ouvrir ses portes, et c’est parti pour les échanges ! Chez un producteur, dans une jardinerie ou un rayon jardin, on respire les parfums, mais aussi la tranquillité. Le végétal est apaisant !

Alors… Que devons-nous faire pour transformer l’essai ? Laisser du temps à nos vendeurs pour dialoguer avec les clients, créer des animations, des ateliers, des rencontres…

Le jardin, c’est un formidable lieu d’expression. C’est exactement ce dont notre société a besoin en ce moment… On a de la chance quand même !

Roland Motte… Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.