#rose #fleurscoupees #guideconsojardin #saintvalentin #rosesdumonde #bilancarbone #jardin #jardinerie #rayonjardin #fleuriste

 

Ah l’amour ! La preuve de votre véritable amour se manifestera le jour de la Saint Valentin… Si vous oubliez… Vous prenez un risque ! Et comment apporter matériellement une preuve d’amour ? Ben… Avec un bouquet de roses !!! C’est pourtant facile !

 

Journée de l’amour.

Avec un bouquet de roses, vous voilà immunisez pour toute une année ! Normalement, l’amour se prouve au quotidien… mais bon, nos conventions ont préféré inventer une journée pour régler le problème. Et la tradition n’est pas d’aujourd’hui…

Au Moyen-âge, on avait droit à la fête des Brandons. Les filles choisissaient un « Valentin » pour les accompagner le 1er dimanche de Carême. Et là, les jeunes gens chantaient et dansaient autour d’un feu. Les fêtards devaient ensuite sauter par-dessus, celle ou celui qui n’avait pas les vêtements brulés serait marié dans l’année !

Bien avant encore, à l’époque des celtes, la même fête avait lieu à la même période, elle s’appelait la fête de Beltaine.

Progressivement, pour fêter l’évènement à venir, on a offert des cadeaux aux futures mariées (et mariés).

Le cadeau, vous le connaissez, ça va du mot d’amour susurré à la hâte au petit déjeuner, jusqu’à la nuit dans un hôtel 5 étoiles et en passant par la boite de chocolats, le mot doux et… Le bouquet de roses.

Pour nous jardinier, ce bouquet de roses interpelle !

Au choix

Chacun choisi en fonction de son budget. La moyenne se situe à 11 euros et 46 centimes. La majorité des français marque le coup avec une intention à moins de 50 euros… Restons raisonnable. Mais quand même, c’est 96% des français qui échangent des cadeaux en ce jour de fête.

Dans le détail, 47% offrent des confiseries et des chocolats, 17% des bijoux, 35% vont au restaurant. Les coquins-coquines qui offrent des vêtements et des sous-vêtements ne sont que 14%. Et pour les fleurs… nous sommes 34%. Un tiers des françaises et des français marque la journée principalement avec un bouquet de roses. Le total de ces pourcentages ne fait pas 100. Ben oui, parce qu’il y a les personnes parfaites, comme vous et moi, qui se pointent le soir de la Saint Valentin au restaurant avec des bijoux, des fleurs et des sous-vêtements… C’est beau l’amour.

Pour les fleurs, ce sont les hommes les plus mordus de roses, ils sont 73% à proposer du végétal à l’être aimé.

200 000 000 de roses vendues ce jour-là, c’est à peu près le nombre recensé contre 600 000 000 pendant toute l’année !

Rose !

Pour en revenir à des choses plus pragmatiques, ce marché de la rose retient toute notre attention. Parce que le chiffre est colossal et qu’il fait travailler tout un tas de jardiniers autour de la planète.

Au mois de février, les roses ne viennent pas de notre jardin… Il faudra attendre le mois de juin avant de se faire un bouquet de roses maison !

Alors il faut, soit les faire pousser dans des régions plus chaudes que les nôtres, comme en Afrique, soit trouver une solution pour ajouter un peu de lumière et chauffer les serres comme aux Pays-Bas pour arriver à obtenir le bouquet destiné à l’amour de nos rêves !

C’est le Kenya qui rafle la mise avec 35% des importations. Vient ensuite Israël avec 13% et l’Éthiopie n’est pas loin avec 12%. Rassurez-vous, la Chine est tapie dans l’ombre et commence à développer cette culture. Et le tout ou presque (60%) transite par les Pays-Bas.

La tradition est forte, il y a bien quelques fleuristes et quelques sites de vente en ligne qui essaient tant bien que mal de proposer de la fleur Française, pour respecter l’origine locale, mais que voulez-vous, le bouquet de renoncules, ça le fait pas encore… Est-ce que l’amoureux peut se permettre un tel risque ? Sans rose, point d’amour ???

Alors on fait quoi ???

Oublier de déclarer notre flamme sous prétexte que les roses n’ont pas un bon bilan carbone ??? C’est impossible ! Et pourtant, certains parmi nous se posent la question.

La rose venue d’Afrique consomme des kilomètres, et la rose européenne consomme du chauffage. Si l’on ajoute l’eau et les pesticides utilisés avec les pollutions qui en découlent, nous voilà avec une fleur pas très « écolo »…

Et si on offrait directement le rosier ? Je vous l’accorde, ça fait quand même nettement moins glamour !!! On ne va quand même pas proposer des chocolats ou des bijoux ? Nous sommes des jardiniers dans l’âme et il n’y a que la fleur pour parler l’amour.

Finalement, ces indispensables preuves d’amour symbolisées par la rose arrivent au mauvais moment. Si la Saint Valentin était en juin, à la place de la fête des pères, le problème serait résolu. Et dans le même temps, on déplace la fête des pères au mois de février… L’impact écologique de la perceuse serait le même.

Alors… Si, comme moi, vous pensez qu’on peut déplacer la Saint Valentin en juin, faites vous connaître, et on créera le Club des Amoureux de Juin. Le CAJ, ça sonne bien non ?

 

Roland Motte… Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.