#rendezvousauxjardins #changementclimatique #jardin #developementdurable #ecolonomie #paysage #valeurs

Les 3, 4 et 5 juin, ce sera déjà la 19ème édition des rendez-vous au jardin. Cette année, le thème retenu est simple… Les jardins face au changement climatique… De quoi alimenter bien des discussions et des prises de position !

Les rendez-vous aux jardins

Plus de 2200 parcs et jardins ouvriront leurs portes en France, plus de 500 en Europe ! Certains jardins ne laissent entrer des visiteurs que pendant ces trois jours dans l’année. Révélateurs des évolutions et des modes, ces jardins « extraordinaires » font aussi face à la dure réalité des bouleversements climatiques. Depuis une vingtaine d’années, sécheresses, tempêtes, inondations et autres attaques de bestioles ou maladies ont eu raison d’arbres plantés depuis des lustres.

Les jardiniers qui officient dans ces paradis verts sont les premiers témoins des changements subis par la nature.

Bien-sûr, on pourra nous dire que ces évolutions sont courantes depuis notre évolution, que le 18ème siècle a connu un coup de froid, que des tempêtes à répétition ont eu lieu au 3ème siècle… Mais d’observer les frênes, les épicéas, les buis ou les érables disparaître progressivement, ça ne rassure pas !

On pourrait remettre en cause la monoculture, la suractivité humaine, la pollution, les pesticides… Parler d’un cycle terrestre inéluctable … Ou même penser qu’il s’agit d’un peu des deux… Il n’empêche. Le constat est là et les effets se font sentir au quotidien sur la nature, la faune, la flore et les populations humaines avec les conséquences que l’on imagine.

Peur sur la ville

L’homme est ainsi fait : il pense déjà au temps présent avant de se soucier de l’avenir. Depuis des années, l’écologie est passée au second plan, considérée comme un piège à bobos ! Aujourd’hui, l’urgence climatique devient flagrante et tout le monde s’en inquiète… Ou presque.

Un récent sondage de l’institut Poll & Roll pour Goodvest en avril 2022 nous révèle que 91% des français sont préoccupés par le réchauffement climatique.

91%, ça veut dire tout le monde…

Bon d’accord, nous sommes tous conscients des dangers que représentent ce dérèglement du climat. Nous en parlons en famille, avec les potes, en constatant les dégâts ici ou là. Et le lendemain, nous reprenons notre rythme. Notre société est prise dans un engrenage.

Une solution : la décroissance ! Pourquoi pas, mais celui qui n’a rien ou pas grand-chose, n’est pas forcément d’accord, et celui qui a beaucoup n’a pas envie de perdre.

Une autre … La confiance ! Le bouleversement climatique est juste un cycle, l’homme trouvera les bonnes solutions pour continuer sa marche en avant.

Et une troisième encore avec l’écolonomie, un savant mélange des deux…

En attendant de nous mettre d’accord, nous continuons notre bonhomme de chemin entre les incendies et les sécheresses.

Pffffffff !

N’allez pas croire que je me pose en sauveur avec une solution dans le cartable ! Je suis comme les copains, prêt à tout mais bon à rien !

Nous nous sentons impuissants en écoutant les infos. On sait très bien qu’il faut faire autre chose, autrement, mais en attendant, nous avançons d’anecdote en anecdote.

La dernière en date, le Pô, le plus grand fleuve d’Italie perd de sa puissance. Son volume diminue plus qu’à l’accoutumée. Ce grand fleuve qui alimente les plaines du Nord de l’Italie pourrait, s’il réduit son débit, entrainer des conséquences alarmantes chez nos voisins.

C’est un exemple parmi tant d’autres me direz-vous.

Nous sommes habitués maintenant à découvrir des « anomalies » ici où là sans plus y prêter attention… La routine !

Même une orque en plein milieu de la Seine, dans Paris, n’interpelle plus nos consciences, c’est un fait divers comme un autre.

Alors quoi, on va aller dans le mur sans même freiner ?

Mais non bien sûr ! Même si elles ne font pas encore assez de bruit, nous réagissons et les solutions arrivent. Seront-elles suffisantes ? On verra, mais l’important, c’est que ça bouge !!!

Paysage

Malheureusement, le jardin n’est pas la solution à tous les maux de notre planète, mais il contribue à baisser la pression.

A ce titre, les paysagistes ont un rôle essentiel pour la préservation de notre environnement.

Les équipes et les créateurs de paysages interviennent dans les jardins privés, mais aussi dans les jardins publics et dans les villes. Lors de leurs interventions, ils seront capables de préconiser à leurs clients un jardin durable. La récupération et le traitement de l’eau, les sols drainants, les haies paysagées, la plantation d’arbres, la biodiversité, la protection de la faune, le choix des matériaux, l’abandon du plastique comme la bâche de paillage, les plantes mellifères… Sont autant de sujets proposés par la plupart des entreprises concernées. Ces choix forts faciliteront l’approche et la pédagogie sur ce sujet tellement controversé, mais ce sont aussi des actions concrètes qui limiteront notre empreinte écologique !

Nous n’allons pas crier victoire tout de suite, mais entre les rendez-vous aux jardins et les actions concrètes des paysagistes… On avance, on avance, on avance… C’est une évidence !

Roland Motte … Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.