Quiet quitting #quietquitting #guideconsojardin #tiktok

#quietquitting #guideconsojardin #tiktok #jardin #jardinerie #rayonjardin #paysage

Bonnes ou mauvaises, les nouvelles tendances nous arrivent souvent des Etats-Unis, comme le Quiet Quitting… Quésaco ?

La valeur travail prend du plomb dans l’aile et les anciens ont du mal à comprendre les nouveaux, mais pas que… « Le travail c’est la santé » … ? Pas sûr !!!

Quiet Quitting

En gros, ça se traduit par la démission silencieuse. Il ne s’agit pas d’une véritable démission mais plutôt d’une remise à niveau drastique dans son boulot.

Les adaptes du Quiet Quitting font juste le nécessaire. Ils remplissent parfaitement les tâches déterminées par leur fiche de poste mais pas au-delà. Ils arrivent pile poil à l’heure et repartent sans une seconde de retard. Ne comptez pas sur eux pour recevoir ou même répondre à des mails ou des demandes en dehors des heures de travail, c’est non ! Ils ne sont pas là non plus pour aider les collègues… Ce détail n’est pas spécifié dans leurs attributions, donc on oublie ! Chacun son métier, les vaches sont bien gardées !

En clair, on reste en place mais avec le strict minimum.

Cette tendance venue d’Outre Atlantique est en train de doucement gagner la France… Sur TikTok, les pros du Quiet Quitting expliquent comment faire et la tendance se répand comme une trainée de poudre via les réseaux sociaux.

La démarche est assez simple : « arrêtez, comme nos prédécesseurs, de vous tuer à la tâche ». Il y a d’autres motivations dans le monde et c’est maintenant qu’il faut en profiter, la vie est courte !

Évidemment, les valeurs proposées par les entreprises, le management et l’attention portée à vos salariés vont influencer plus ou moins directement ce comportement.

TikTok

Le réseau venu de Chine fait maintenant de plus en plus d’adeptes. Pensez donc, uniquement en 2020, TikTok a réalisé près de 1 000 millions de téléchargements. C’est une hausse de 37% par rapport à 2019. Il y a maintenant 59 millions d’installations. C’est la première application non-gaming installée dans le monde.

Alors, certes, on y voit des influenceurs de tous poils, même des jardiniers, avertis ou non. On y retrouve beaucoup de sport, mais on y trouve aussi des tendances que les utilisateurs sont prêts à suivre, comme ce fameux Quiet Quitting !

Les hashtags sur le sujet sont nombreux. Pour les plus en retard, l’hashtag, un # avant un mot, permet de retrouver tous ceux qui parlent d’un sujet donné, et de voir la notoriété d’un mot clé. Dans notre cas, vous allez retrouver #quietquitting, #quietsuggestion, #quietsettings, #quietquittung, #quietconfuse, #quietaffirmations, #quietrequest, #quietquietquiet, #correctresponse, #appropriateresponses… Vous pourrez ainsi vous faire peur en allant superviser les propositions des auteurs de ces vidéos.

Mais si ça marche aussi bien, c’est qu’il y a une vraie question qui interpelle une partie de vos collaborateurs. Pas tous évidemment… Pour l’instant !

Exemple

L’exemple vient d’en haut. D’en haut, ou plutôt d’avant. Les anciens, on les appelle aujourd’hui les baby-boomers, ont tout donné pour leur travail. La valeur ‘boulot’ était forte et sa vie, son œuvre, à cette époque, était consacrée au travail. Il était normal de rentrer tard, de partir tôt, d’emporter des dossiers à la maison ou en vacances. Bon, on est d’accord, certains aujourd’hui regrettent de ne pas avoir vu grandir leurs enfants ou d’avoir divorcé assez rapidement. Forts de cet exemple qui a pu alimenter nombre de conversations pendant les repas de famille, les petits jeunes d’aujourd’hui ont décidé de limiter les dégâts. Ils choisissent une autre solution, le Quiet Quitting. Mais cette démission silencieuse n’est pas une véritable démission. Comme indiqué plus haut, ils ne sont pas tire au flanc, ils ne sont pas démotivés ou en retrait, ils font juste ce pourquoi ils sont payés, pas plus.

On imagine déjà l’incompréhension qui pourra régner entre les adeptes de la valeur travail, prêts à sacrifier la vie de leur famille pour leur poste, et ces nouveaux venus… On s’attend à des discussions interminables qui vont sans aucun doute réchauffer l’ambiance à la machine à café !

Et nous alors ?

On peut se rassurer en se disant, qu’en France, les conditions d’embauche sont un peu différentes que celles constatées aux USA. D’accord, mais cette alerte doit nous interpeller.

Sur le site Gallup.com, on trouve un sondage fort intéressant qui constate les motivations des salariés à travers le monde. 21% des personnes interrogées se disent engagées dans leur job. C’est 14% pour l’Europe et 6% seulement pour la France.

Cette implication se définit par un enthousiasme quasi permanent dans son travail ou sur son lieu de travail.

Les clignotants sont donc au rouge et nous indiquent, s’il en était besoin, que le management doit évoluer. Plus que jamais, l’entreprise doit véhiculer des valeurs et les respecter au quotidien. Le management participatif, afin d’impliquer les équipes, devient une évidence.

Alors, si ce n’est pas déjà fait, il est temps de remettre la pratique du management à la bonne échelle. Nous allons croiser des Millennials au quotidien dans nos structures, et si nous voulons les séduire, il serait préférable de parler le même langage…

Et si en plus, une pénurie de main d’œuvre menace ……. Mais ceci explique peut-être cela ?

Roland Motte… Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.