#ecologie #guideconsojardin #pollutionnumerique #jardin #data #valeurenvironementale #internet #reseauxsociaux

 

Pour lutter contre le réchauffement climatique, la pollution de notre planète, chacun y va de son commentaire et de son partage sur les réseaux sociaux…. Il est temps d’agir. Malheureusement, plus nous faisons fonctionner le réseau et plus nous participions à ce réchauffement… Alors… On fait quoi ?

Millennials

Les générations Z plus particulièrement, mais aussi les Y, qui forment à eux deux les Millennials, sont particulièrement préoccupés par l’avenir de notre planète. Ces petits jeunes de plus en plus empreints de valeurs sont aussi des accros aux nouvelles technologies. Et ces nouvelles technologies sont très consommatrices en énergie… Ces mêmes énergies qui mangent un peu plus notre capital planète.

La contradiction est difficile à gérer, elle est pourtant bien effective !

Avant le télétravail, l’ADEME indiquait que le numérique était responsable de 10% de la consommation électrique en France.

Et nous sommes tous concernés par la sobriété numérique. Combien avez-vous de téléphones ou de chargeurs inutilisés ? Abusez-vous des visio-conférences qui sont de belles mangeuses d’énergie ? Nettoyez-vous régulièrement votre messagerie ? Êtes-vous un accro du mail, des jeux en ligne ou des réseaux sociaux ?

Et pourtant, il faut bien communiquer pour exprimer les valeurs de l’entreprise ! Oui, mais avec un bémol à respecter ?

Les faits

Selon une étude GreenIT publiée il y a bien longtemps en octobre 2019, les chiffres indiquaient que les 34 milliards de terminaux numériques que sont les téléphones, ordi, consoles de jeux ou téléviseurs sont des gouffres de pollution !

90% de cette énergie vient d’ailleurs de leur fabrication. Pour info, il faut 80 fois plus d’énergie pour construire 1 gramme de smartphone par rapport à 1 gramme de voiture. Vous allez me dire que ce n’est pas le même usage ? Bien-sûr, mais le paradoxe, c’est qu’aujourd’hui, nous utilisons notre cher smartphone pour dénoncer la pollution automobile ! Cherchez l’erreur ?

En 2025, 35% des émissions de gaz à effets de serre seront directement liés à la fabrication de ces terminaux.

Si l’on compte les mails et les SPAM, c’est 34 millions par heure de messages envoyés dans le monde.

A priori, envoyer 20 mails par jour correspond à une pollution équivalente à 100 kilomètres en voiture. Si en plus vous envoyez vos mails en conduisant, là, on est mal 😉🤣.

Et ce n’est pas fini… En 2025, nous aurons 48 milliards d’objets connectés dans le monde… On continue !

A l’eau les DATA !

Et tous ces acteurs, followers et passionnés de vidéos ont besoin des centres Data pour renvoyer l’information.

C’est quoi le DATA center ? C’est un lieu physique qui regroupe des installations informatiques chargées de stocker et de distribuer toutes les données dont nous avons besoin. En clair, pas de Data, pas de communication !

Et pour vous donner une idée, un Data Center de 10 000 m² consomme autant d’énergie qu’une ville de 50 000 habitants.

Nous sommes en train de constater que ces Data Centers polluent autant que l’aviation. L’activité numérique va encore augmenter dans le monde, le problème va donc se poser clairement dans l’avenir.

Aux Pays Bas, les Data Centers du pays consomment 1 millions de M3 d’eau par an. Pareil que pour 20 000 habitants sur la même période. Tout cela pour refroidir les infrastructures.

Pour contourner le problème, la plupart des grosses entreprises se dédouanent en s’achetant un espace de propreté pour avoir une neutralité carbone. En clair, je finance la plantation d’arbres à l’autre bout du monde pour l’équivalent de ma pollution annuelle.

C’est sympa, c’est une première approche, mais ça ne marche que sur le papier. Concrètement, ce n’est pas les arbres plantés en Afrique qui vont économiser de l’eau en Europe. Mais rassurons-nous, l’image est préservée !

Quoi faire ?

Dans les métiers du jardin, nous avançons à petits pas. Tous les commerçants jardin ou presque ont compris l’importante de l’omnicanalité et vont progressivement collecter les informations sur les clients, par tous les moyens. Les réseaux sociaux ne sont pas encore trop actifs dans notre profession et nombre de jardineries indépendantes ont juste un site internet « vitrine ».

Tout cela est en train de changer progressivement. L’activité jardin va se développer sur internet et les réseaux.

Parallèlement, les Millennials, à la recherche de valeurs et de nature vont nous demander encore plus de respect de l’environnement, leur avenir est en jeu…

En choisissant un métier en lien avec la nature, les plantes et le jardin, nous sommes en première ligne pour la défense de l’environnement. En développant nos outils de communication via les « nouvelles » technologies, nous nous exposons à contribuer à une pollution sournoise. Tout cela sous le regard des Millennials, nos nouveaux consommateurs. D’accord, nous ne sommes pas à une contradiction près, mais si de grosses entreprises de communication se dédouanent en plantant des arbres, nous devrions pouvoir trouver des solutions concrètes… Les arbres, ça nous connait !

 

Roland Motte… Jardinier !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.